•  
  •  

Durant toute la guerre, Max ARBEZ restaurateur à la Cure, village Franco-Suisse, passait au nez et à la barbe de la Wehrmacht et des SS qui cantonnaient sur la frontière, des juifs qui fuyaient les nazis et la France collaborationniste.

Max ARBEZ

Le hameau de la Cure était particulièrement proche de la Suisse, car placé dans l'étranglement le plus étroit entre la ligne de démarcation et la frontière.
Il fallait donc assurer deux passages, et Max avait mis en place une réelle filière avec quelques amis sûrs.

Son épouse Angèle, aujourd'hui âgée de 103 ans témoigne de cette organisation à laquelle elle a pris part.

Angèle ARBEZ

Ses deux fils aînés, Jean-Jacques et Bernard, qui furent eux aussi de jeunes passeurs (9 ans et 7,5 ans) témoignent également de la formidable organisation de leur père, qui a reçu à titre posthume, la Médaille des Justes parmi les Nations, la plus haute distinction de l'Etat d'Israël.

Ce film retrace la journée de la remise de la médaille, avec les commentaires des membres de la famille et principalement d'Angèle.

Ce film est privé et sera remis à la famille au titre de notre participation à cette belle cérémonie, de même , et avec l'accord de la famille, un exemplaire sera remis à chacune des personnalités ayant fait un discours.

Avec la famille Arbez lors de la présentation du film.

Avec Richard Arbez à la Cure le 17 novembre 2013